Conférences

Samedi 16 février 2019


10h00-10h30

Conférence de presse

à la scène OIFQ


11h-12h

Cultiver sa forêt? Oui et comment !

à la scène OIFQ

Présenté par : Jean Arsenault, producteur agroforestier.

Résumé : Comment le rêve d’un professionnel au mitan de sa vie est devenu un site de cultures sous couvert forestier. La conférence présentera des plantes médicinales introduites dans une plantation de feuillus nobles. Des réflexions auront lieu sur la culture de l’ail des bois, une espèce protégée et néanmoins convoitée!

Brève présentation du conférencier : Jean Arsenault détient un baccalauréat en agronomie et une maîtrise en économie et gestion agricole à l’Université Laval. Anciennement professeur et chef du Département de technologie et gestion d’entreprise agricole à l’Institut de technologie agro-alimentaire de La Pocatière, il a poursuivi sa carrière comme conseiller en formation continue à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval. Depuis 2004, Jean Arsenault est à la retraite et se voue à son principal loisir : l’agroforesterie.


12h-13h

Des appuis pour les producteurs privés!

à la scène OIFQ

Présenté par : Marc Beaudoin, directeur général à RESAM.

Résumé : L’acquisition d’un lot à bois est une expérience en soi. Devenir propriétaire d’un bout de terre revêt un caractère particulier. Pour certain, il peut toutefois être intimidant de passer de l’idée à l’acte. Pourtant, le propriétaire n’est pas seul dans cette aventure. Plusieurs outils sont à sa disposition afin que son rêve d’aménagement devienne réalité.

Brève présentation du conférencier : Monsieur Beaudoin a obtenu un baccalauréat en aménagement forestier de la Faculté de foresterie et de géomatique en 1993 et une maîtrise en politique forestière en 2000. Il a occupé le poste de contremaître chez Abitibi-Price et celui d’analyste de politique pour la Fédération Québécoise de la Faune. De 1996 à 2005, monsieur Beaudoin a occupé le poste de directeur général de la Corporation de Gestion de la Forêt de l’Aigle. À ce titre, il a eu à mettre en œuvre le concept de forêt habitée et a été impliqué dans plusieurs démarches entourant les nouveaux modes de gestion forestière. Sous sa gouverne, la CGFA a obtenu le Phénix de l’environnement – Développement durable en 1999 et le prix d’intendance des forêts du Canada en 2000.

La contribution de Marc Beaudoin a été reconnue en 2004 par l’Institut forestier du Canada par la remise du prix James M. Kitz.

Depuis décembre 2005, Monsieur Beaudoin occupe le poste de directeur général du Regroupement des Sociétés d’Aménagement Forestier du Québec (RESAM). Depuis sa nomination, il a participé activement à l’élaboration du nouveau pacte des partenaires pour la mise en valeur de la forêt privée, ainsi qu’à la refonte du régime forestier.


13h-14h

Quand le futur devient le passé

à la scène OIFQ

Présenté par : Jean-Claude Mercier, président de la Société d’histoire forestière du Québec.

Résumé : En utilisant des exemples tirés de l’histoire forestière, M. Mercier illustrera comment des affirmations sur le futur sont passées à l’histoire et sont interprétées et jugées aujourd’hui hors du contexte temporel et spatial dans lequel elles ont été produites.

Brève présentation du conférencier : Jean-Claude Mercier est diplômé en génie forestier de l’Université Laval en 1961. Il travaille chez DOMTAR dès la fin de ses études puis au Service canadien des forêts à Québec comme économiste forestier et gestionnaire de programme. Il joint ensuite le Groupe Conseil en gestion des forêts, à titre de conseiller, afin d’aider le ministère à préparer les plans de gestion pour l’ensemble des forêts publiques du Québec. Quelques années plus tard, il obtient un poste de sous-ministre associé aux terres et forêts du ministère de l’Énergie et des Ressources du Québec. En 1984, il passe au gouvernement fédéral et devient le sous-ministre du nouveau ministère des Forêts, à Ottawa. En 1994, il revient à Québec comme professeur invité de l’Université Laval. Au cours des deux années suivantes, il préside le comité chargé de l’élaboration de la Norme canadienne sur l’aménagement forestier durable (CSA). Il devient ensuite vice-président de la division de l’Est du Canada pour Forintek et en dirige le laboratoire de Québec. Monsieur Mercier est président depuis janvier 2018, mais il est membre du conseil d’administration depuis 8 années.

La SHFQ est une société sans but lucratif dont la mission consiste à produire et diffuser du contenu culturel et du contenu scientifique mettant en valeur l’histoire forestière du Québec. Par ses activités, elle vise à stimuler le transfert de connaissances et le dialogue entre les différents intervenants du milieu forestier dans un esprit de concertation et d’appréciation de la richesse des expériences historiques liées aux espaces forestiers québécois.


14h-15h

Périple boréal vers les morilles de feu

à la scène OIFQ

Présenté par : Jean-François Bourdon, ingénieur forestier et guide-mycologue pour l’activité De la forêt à l’assiette! Cueillette et transformation de champignons à la Forêt Montmorency.

Résumé : La morille de feu se cueille dans les grands brûlis de la forêt boréale au printemps suivant ceux-ci. La valeur de ce champignon combinée à son abondance dans les feux fait en sorte qu’un cueilleur peut ressortir de l’aventure avec un profit très intéressant. Toutefois, rien n’est assuré, les conditions météorologiques doivent être favorables et encore faut-il être en mesure de se rendre sur place les feux pouvant être très éloignés des routes. Cette conférence vous présentera le périple de quatre acolytes pour espérer cueillir l’or noir de notre forêt boréale.

Brève présentation du conférencier : Ingénieur forestier, Jean-François s’intéresse aux champignons forestiers et plus particulièrement à la morille de feu depuis 2011 où il organisa sa première expédition avec un ami. Il a débuté en 2013 une maîtrise en sciences forestières portant sur l’utilisation de techniques de télédétection par imagerie satellitaire afin de prédire les sites les plus propices à la cueillette de morilles de feu. Pour plus de détails sur ses travaux, visitez son site web au lamorilledefeu.com

Dimanche 17 février 2019


10h00-11h00

Oiseaux de nos forêts et boisés, indicateurs de la qualité du milieu

à la scène OIFQ

Présenté par : Norbert Lacroix, président du COQ (Club des ornithologues de Québec).

Résumé : Identification de plusieurs de nos oiseaux de forêts et boisés, avec photos et chants. Comportements spéciaux ou habitudes particulières à signaler. Plusieurs exemples d’adéquation entre la présence des oiseaux et la qualité du milieu.

Brève présentation du conférencier : Depuis 12 ans, Norbert Lacroix est président du COQ (Club des ornithologues de Québec). Il est intéressé par les oiseaux depuis l’âge de 10 ans, sur la ferme où il a grandi dans la Vallée de l’Outaouais. Détenteur d’un doctorat en mathématiques, il a fait carrière au département de mathématiques et de statistique de l’Université Laval.

 


11h00-12h00

Héritage faune : un coup de pouce pour la faune et la forêt

à la scène OIFQ

Présenté par : Hélèna Baron-Gauthier, coordonnatrice Fondation Héritage faune.

Résumé : La chasse et la pêche font partie du patrimoine social, culturel et économique du Québec depuis toujours. Afin d’assurer la pérennité des espèces prélevées et de leurs habitats périurbain ou forestier, il faut parfois faire de l’aménagement faunique. Héritage faune, la fondation de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, se veut un levier lors du financement de ces interventions. Venez découvrir qui nous sommes, qui sont les aménagistes de la faune et quelques exemples de projets à succès réalisés en forêt.

Brève présentation du conférencier : Passionnée de nature, Hélèna Baron-Gauthier travaille sur le terrain en tant que technicienne en aménagement de la faune et chargée de projet pendant plusieurs années, entre autres, avec la Corporation du bassin de la Jacques-Cartier. Elle pousse ensuite sa volonté d’aider les gens et leur organisation dans la réalisation technique et financière de leur projet grâce à la fondation Héritage faune, au sein même du réseau dynamique de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs.

 


13h00-14h00

Rôle des PFNL dans le développement durable des économies régionales

à la scène OIFQ

Présenté par : François-Xavier Fauck, président de l’ACPFNL.

Résumé : L’émergence d’une nouvelle ressource forestière, celle des PFNL tend à influencer le développement économique en région. Histoire d’une industrie naissante et de son influence sur l’exploitation des territoires forestiers et sur l’économie locale.

Brève présentation du conférencier : À venir.


14h00-15h00

Fertilité et nutrition des arbres : un nouveau paradigme

à la scène OIFQ

Présenté par : J. André Fortin, professeur retraité de l’Université Laval.

Résumé : La totalité des arbres forestiers vivent en symbiose avec des champignons du sol, en formant des mycorhizes. Si les érables, les frênes, les ormes forment des mycorhizes, dites arbusculaires sur leurs racines avec des champignons microscopiques, dans le cas des conifères, des hêtres, des bouleaux etc., on parle d’ectomycorhizes formées par des champignons à chapeaux, bolets, lactaires, russules etc.

Grâce à ces mycorhizes, les conifères obtiennent l’azote du sol sous forme d’acides aminés et non de nitrate et d’ammonium. De plus, par la production d’acides organiques, ils arrivent à obtenir leur phosphore, potassium, magnésium à partir de roches. Ceci sera illustré par le retour de la végétation sur le site de Manic V, sans aucun apport de fertilisants. Ceci débouche sur un nouveau paradigme concernant la fertilité des arbres. Par la suite, on s’arrêtera aux mycorhizes arbusculaires des plantes de l’érablière ainsi qu’à divers aspects de la vie des champignons.

Brève présentation du conférencier : Biologiste, J. André Fortin a reçu le premier Ph. D. dispensé par la Faculté de foresterie et de géodésie comme on l’appelait alors en 1955. Il est devenu professeur dans cette faculté la même année et conduit des recherches avec un grand nombre d’étudiants gradués. Il a également créé le Centre de recherche en biologie forestière en 1987 qui s’est regroupé avec les chercheurs des autres universités en 2006 pour former le Centre d’Étude de la Forêt (CEF). Par la suite, il est allé à Montréal pour fonder l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV), à titre de directeur fondateur.

Depuis sa retraite officielle en 1997, il a continué à monter des projets de recherche avec ses anciens collègues de l’Université Laval et à promouvoir la mycologie. Il a encore des idées plein la tête!

 



Comments are closed.